Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Affaire DSK

Publié le par Talant Avenir

  M. Badinter avait raison

 

Robert Badinter est apparu à la télévision parmi quelques journalistes échauffés par l’affaire DSK à ses tout débuts. Il était triste, retenu, comme un sphinx malheureux. Dans le brouhaha et les surenchères à propos de la justice américaine si libre, si forte, si osée comme nul ne l’oserait en France, il a rappelé deux choses en substance : l’une que rien n’était plus dangereux que la justice élective, où le procureur doit penser toujours à sa réélection. D’autre part, que la présomption d’innocence était une notion grave et fragile, qui devrait dominer nos propos et nos réflexions.

Puis, il se tut. Puis, il y eut un court silence embarrassé. Puis, tout est reparti comme avant.

Alors, monsieur Badinter n’a plus rien dit, pas même une sainte colère ni même quelques principes bien assénés comme il sait le faire. Il arrive des moments peut-être simplement de ras le bol… même quand on est un grand personnage.

Je ne l’ai plus entendu, vu ou lu sur cette affaire dont on voit comme elle tourne. La justice américaine est une justice d’élus et d’avocats qui montent et démontent des dossiers sans la moindre retenue vis-à-vis des plaignants et des suspects. C’est une justice d’intérêts.

En France, quand le magistrat rend son jugement, c’est un acte un peu divin, du moins d’ordre supérieur… Il reste à la magistrature quelque chose d’un clergé avec ses rites et son langage.

Comme il le fit en comparant Windows à d’autres systèmes, Umberto Eco démontrant que les uns sont catholiques et les autres protestants, verrait chez nous une justice sans doute catholique… bien sûr, ce n’est que de sensibilité, de façon d’être et non d’appartenance idéologique ou spirituelle.

Toutefois, la forme n’est pas sans influence sur le fond. En Amérique, avec une justice d’intérêts, où l’argent et les fonctions sont les principaux ressorts, on verra les choses se terminer par une somme d’argent qui ne sera pas le dédommagement du préjudice, mais le prix du retour au silence. Il y eut 40 deniers, un plat de lentilles. Il y aura là-bas une poignée de dollars, quand il y aurait eu ici peut-être un euro… symbolique ! Quand on vous dit que l’on est dans un monde catholique !

Quoi qu’il en soit, on aurait dû dès le début écouter Robert Badinter : que de sottises évitées et de dignité préservée !

 

Voir les commentaires

Kadhafi, c’est fini !

Publié le par Talant Avenir

Il est loin le temps où il venait camper sur les pelouses de l’Élysée : Kadhafi, c’est fini !

L’armée n’aura pas été bonne aux moqueurs de la France et des Français.

Gbagbo, cultivant les actions contre notre pays tout en entretenant des amitiés (en général à gauche) à Paris, a été sorti du paysage africain, laissant une Côte-d’Ivoire à reconstruire, mais il est sorti. La France, dans un cadre international, y a fortement contribué, aussi bien pour fixer les mandats d’intervention que pour réaliser l’opération.

Cette fois, c’est Kadhafi, lui qui a berné, moqué, humilié tous ceux qu’il avait pris en aversion, même quand ils lui ont donné sa chance de réintégrer la communauté internationale honorablement. Il l’a fait avec la France, avec l’Italie. Les solidarités africaines ont même trouvé leurs limites, car trop, c’est trop ! Bernard-Henri Lévy, qu’on ne peut soupçonnet de droitisme franchouillard, l’a très bien expliqué, ce que je reconnais même s’il n’est pas dans mes références habituelles. Pour autant le ménage n’est pas fini : voir la Syrie, mais le réaménagement, surtout, qui a à peine commencé. Il faudra veiller à ce que tout cela, Tunisie, Egypte, Côte-d’Ivoire, Libye, se stabilisent et évoluent bien.

Les alignements de chars égyptiens aux frontières du Sinaï augurent mal… Gesticulations ou préparatifs ? La seconde manche est commencée.

 

Voir les commentaires

DFCO

Publié le par Talant Avenir

 

On pense ce que l’on veut du sport.

Généralement, c’est quand on gagne qu’on en pense le plus de bien.

Je pense donc beaucoup de bien du DFCO !

En fait, tout le monde sait mon opinion sportive personnelle, inspirée des principes de Churchill, mais il y a bien d’autres raisons d’apprécier le DFCO : la qualité de ses membres.

J’ai eu l’occasion de rencontrer, presque fréquenter, son président qui est talantais, l’entraîneur et quelques autres, les joueurs de l’équipe. On est à mille lieues du foot grassouille, merguez, magouilloux.

On est très loin d’un Domenech (plus il gâche, plus il gagne !). Sûrement pas des saints, sûrement pas des anges mais des gens qui font le job.

Certains, et pas des moindres en politique locale, mauvais joueurs, annonçaient la défaite du DFCO. J’espère qu’ils auront tort, ne serait-ce que pour leur apprendre à ne plus tout confondre. Et avec les supporters : Dijonnais-ta-ta-tsoin ! Dijonnais-ta-ta-tsoin ! entendu dans les gradins, tout n’est pas à retranscrire…

 

 Gilbert Menut

Voir les commentaires

L’Allemagne ne paiera pas !

Publié le par Talant Avenir

 On se souvient de cette fameuse phrase de 1918 : « L’Allemagne paiera ! » Cri de vengeance financière pour les dégâts causés par 4 ans de guerre, dont les vrais effets ont été de bien préparer en Allemagne le terrain pour Hitler, comme les historiens l’ont montré depuis, plutôt que de réellement aider l’Allemagne et l’Angleterre à se relancer… Cette mentalité semble perdurer d’une autre façon : puisque l’Allemagne est si riche, elle doit payer pour les pauvres d’Europe (Grèce, Portugal, Espagne etc.). Mme Aubry a été sur ce point particulièrement loquace, regrettant l’esprit buté et l’âme sans générosité de Mme Merckel.

Analysons un peu les choses : la Grèce en est arrivée là par 50 années de laxisme, de négligence, de démagogie et (c’est avéré) de fraude et de tromperie d’Etat ! Pendant ces 5 décennies, l’Allemagne a construit son économie, sauvegardé sa monnaie, accepté d’en faire l’Euro, payé sa réunification, supporté les leçons françaises (souvent fondées, mais d’autant plus désagréables que le maître n’est pas exemplaire) et maîtrisé sa dette.

A propos de la dette, on nous dit qu’elle est nécessaire au développement de le France, alors que l’Allemagne est moins endettée et plus développée… Méditons !

Pour autant l’Allemagne ne se sent pas obligée de financer les négligences d’autrui.

Mme Merckel a tout à fait raison de refuser de payer sans même la moindre garantie que les bénéficiaires vont changer leur façon de mal faire. Quand on entend en France le débat sur la Règle d’Or, B.A.-BA de la lutte contre l’endettement, on peut douter de l’aboutissement de telles démarches dans bien d’autres pays. Pour la Règle d’Or, c’est dès les années 80 qu’on aurait dû s’en préoccuper, mais ni les Mitterrand ou Chirac, Jospin ou Villepin ne s’en sont inquiétés, bien au contraire.

Il n’est jamais trop tard pour se hâter de faire comme l’Allemagne : intégrer cette règle dans la constitution.

Montrons par des actes que la France fait « son » nécessaire, elle aura plus de crédibilité pour influencer l’Allemagne. Mais en l’état, Mme Merckel ne paiera pas !

 

Voir les commentaires

L’énigme 2014

Publié le par Talant Avenir

Tout le monde a l’attention retenue par 2012 et l’élection présidentielle… et si le grand enjeu était 2014 ? 
Dans l’agglomération dijonnaise, tout sera terminé :
Les programmes ANRU comme partout en France en 2013 et quand on parle d’un 2ème programme ANRU où l’on fera plus d’humain et moins d’urbain, on cache simplement que nous n’aurons plus à l’échelon national les moyens de « faire du béton ».
La  LINO  sera terminée (ou presque) en fin 2013, début 2014 pour la première phase, le principal problème de la seconde étant son financement (plus encore que la politique) et personne ne se battra pour payer le premier, y compris l’Etat.
Le Tram sera terminé, échéance prévue en 2013, ramenée à fin 2012 : grand chantier du Grand Dijon, il n’aura pas d’équivalent avant longtemps, très longtemps.
Les finances communales sont à la peine, celles des intercommunalités aussi. Les Départements sont quelques fois en grandes difficultés, la plupart déjà fortement engagés par exemple comme la Côte d’Or par le si nécessaire plan de relance de 2009 face à crise qui perdure : pourrait-on faire face à une rechute ? Les Régions paient leur fonctionnement et les trains : ça semble largement les occuper. L’Etat, vous savez comme moi !
L’échéance de 2012 fera le bruit politique, sera-t-elle la vraie explication car 2014, outre le climat décrit, où chacun panse ses plaies et ne prévoit pas ou que peu au-delà sera la mise en place des élections territoriales. La résistance à la réforme de l’intercommunalité montre l’ampleur de la difficulté. La réforme d’ailleurs sera-t-elle appliquée comme prévu ? Cela dépend du résultat de 2012 mais le rejet, le report, l’adoucissement de la réforme ne changeront rien aux fondamentaux de la situation. Ainsi, nous allons au devant de 3 années incertaines, compliquées, peut-être même dangereuses et la multitude des rubans qui seront coupés ne cachera pas devant nous un malaise de longue date pressenti.

Voir les commentaires

Au sujet des carrières

Publié le par Talant Avenir

Article paru dans le BP du 02/08/2011

 

G. Menut répond à M. Woynaroski

 

 

Gilbert Menut vice-président du conseil général et maire de Talant : «  le problème des carrières mérite mieux qu’une polémique. C’est un vrai et grave problème de fournitures de matériaux à l’agglomération dijonnaise, de pertinence économique et de respect des sites et de l’environnement. A ce dernier sujet, signalons que le Scot, (Schéma de cohérence territoriale), a posé à juste titre le problème dans toute sa complexité, en recommandant de ne plus avoir recours systématiquement aux gravières, donc davantage aux carrières. En juin 2008, M. Woynaroski reste enfermé dans les pétitions de principe et le tout ou rien. Pour éviter le rien, j’obtiens grâce à la délibération du conseil votée par la seule majorité, le report l’ouverture… jusqu’à la mise en œuvre de la LINO. Les mots ont un sens qui nous épargne les camions en ville. En juillet 2010, le vide réglementaire est manifeste. Il n’existe  pas de zonage indiquant ou les carrières sont interdites et ou elles sont possibles, de sorte que trois carrières sont aujourd’hui en projet ou autorisées dans le secteur : deux à Prenois et une sur le plateau, au-dessus de Val-Suzon. On peut, je crois, parler de mitage. En juillet 2011, je confirme avec une collègue, Catherine Louis, ma position. Les carrières sont nécessaires, pas n’importe ou et M. Woynaroski reste avec deux carrières de retard. Le plus important est que le schéma départemental des carrières, si imparfait, va être rediscuté. C’est cela qu’il faut préparer »

Voir les commentaires

La Norvège un pays si paisible ?

Publié le par Talant Avenir

 

Le malheur qui vient de frapper la Norvège révèle beaucoup de choses sur notre époque et les comportements de notre société.

Le terrorisme en Norvège jusqu’ici épargné : emballement des spécialistes et autres commentateurs sur la piste islamique. Manque de prudence, voir de flair : le terrorisme est intérieur !

La Norvège un pays si paisible, à la vie politique bien lissée, à l’économie florissante assise sur un pactole pétrolier bien géré, à la mentalité si ouverte, à l’éducation de si grande qualité etc etc et pourtant fabriquait parmi les siens, les plus pur siens : grands blonds aux yeux bleus un tueur d’une seule série mais qu’elle est longue, dans une île où la police mit une heure et demie à arriver…

Car on ne rappelle plus (un tout petit peu au début) que l’opinion publique n’est pas tout à fait à l’aune de cette légende dorée à l’ombre d’un roi débonnaire.

On ne rappelle plus que 20 % des députés norvégiens sont d’extrême droite dans ce pays qui n’a besoin de rien, qui a tout est même la peur au ventre, la peur de peut être un jour ne plus avoir ou seulement un peu moins. Le Nord de l’Europe jusqu’en Flandre et des pays comme l’Autriche et l’Italie du Nord sont sous la même pression.

N’est on pas en France dans la même tendance ? Que donnerait une élection à la proportionnelle ? Il ne faut pas se cacher la situation, car la forme ne peut indéfiniment sauver le fond !

Les propos du Premier Ministre Norvégien :

 « on veut garder notre modèle de société très ouverte » n’y suffiront pas.

Peut-il dire autre chose ? Au moins à l’instant du choc. Il faut ajouter qu’un seul tueur ne représente pas un peuple, ne l’illustre même pas.

Si son geste est en effet celui d’un fou isolé, qu’il serve au moins à donner l’alerte et à nous faire prendre conscience partout en Europe.

Un signe positif : les services de police internationaux semblent réagir rapidement. Les gouvernants ne disent mot mais on peut gager qu’ils ne les décourageront pas, ouverture de la société ou non.

 

Gilbert Menut

Voir les commentaires