Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une ministre moulin à paroles

Publié le par Talant Avenir

Madame Duflot a donné vendredi dernier à Dijon un échantillon de son talent oratoire à l'occasion de l'inauguration des travaux de réfection du foyer ADOMA.

il y a eu trois allocutions

- François Rebsamen : attaché à la situation locale, aux problèmes des gens etc. Bien !

- Bruno Arbouet directeur général d'ADOMA, enthousiaste pour le logement des plus pauvres et des déracinés etc. Bien !

- Cécile Duflot, un flot interminable de poncifs, de bonnes intentions de choses convenues etc. Décidément, pas bien !

G. Menut

Voir les commentaires

Inauguration du boulevard de Troyes

Publié le par Talant Avenir

Inauguration du boulevard de Troyes

Monsieur le Préfet

Monsieur le Président du Conseil Général, Cher François

Mesdames et messieurs les élus,

Mesdames, Messieurs,

Vous pensez sans doute que c’est un grand moment pour Talant, que cette inauguration qui fait vraiment passer la route nationale n°71 dite route de Châtillon devenue départementale n°971 couramment appelé route de Troyes en un vrai boulevard urbain le boulevard de Troyes. L’enjeu pour la ville est d’importance s’agissant de notre principale voie de circulation aussi bien par sa longueur son rôle stratégique de traversée complète de la ville, sa fréquentation et la variété de ces usages.

Réussir l’urbanisation si l’on peut dire de cette artère était une nécessité impérieuse car sans être définitif un tel aménagement nous en met pour 20 ou 30 ans !

Jamais une politique d’ensemble n’aurait été envisagée, les transformations se faisant au fil de l’eau. Nous savions cependant depuis longtemps qu’il fallait « dramatiser l’entrée de ville ». Quand j’ai rappelé ça à son auteur 15 ans après, il m’a dit en riant qu’il avait eu à ce moment probablement une crise d’adolescence. Talantais, il peut vérifier si la réalisation correspond à ses rêves de jeune homme. La population, les riverains et les usagers, apprécient l’aménagement et le changement de cadre. Les échos m’en viennent des Talantais mais aussi des Côte d’Oriens du Nord de la Côte d’Or qui viennent en ville.

Ils n’en profiteront pas longtemps car vous le savez on va les dérouter ! Mais où, où donc ? Sur la Lino, Mesdames et Messieurs, bravo, hourrah, roulement de tambours oui, je vous le dis, sur la Lino. Le Président du Conseil Général et Monsieur le Préfet vous en parleront mieux que moi. Je reste sur mon trottoir pour une brassée de remerciements et une , mais une seule, remontée de bretelles (pour une inauguration de voirie l’expression est passable).

Je tiens à remercier les financeurs de la Lino ces travaux entrant dans les travaux accessoires de cette nouvelle voie donc l’Etat, la Région, le Département et le Grand Dijon. La Ville de Talant n’a payé que les enfouissements de réseau mais tout le reste dans une conception élargie de leurs champs d’intervention a été pris en charge par les financeurs de la Lino. Il faut à ce stade remercier Dijon de ne pas avoir chipoté sur le partage de l’enveloppe dédiée à ces travaux accessoires car notre boulevard se trouvait en concurrence avec d’autres voies et là à contresens de la bienpensance habituelle et de ses tartes à la crème, je dis que le mille-feuille a du bon ! pour un total de 3 M€. L’argent n’est pas tout il faut remercier le Conseil Général d’avoir pris la maîtrise d’ouvrage et d’œuvre de l’opération tout entière. Cela parait normal sur une départementale mais le chantier va au-delà des obligations de base avec les trottoirs, l’éclairage public etc. C’est Louis de Broissia alors président qui avait accepté cette solution relayé sans hésitation par François Sauvadet. Tout cela ne serait rien sans les services des différents organismes concernés ceux de l’état réalisateur de la Lino, du département en charge du projet, du Grand Dijon en particulier pour l’équilibre des différents modes de circulation urbaine, de Dijon pour régler nos relations frontalières du côté des Clomiers, du SICECO pour les questions d’enfouissement des réseaux aériens – adieu toile d’araignées- et de la Ville de Talant pour le reste avec la Ville de Daix, elle aussi concernée.

Merci aux entreprises qui ont bien travaillé dans un contexte difficile car il n’était pas possible d’arrêter la circulation. Merci à toutes sauf une : c’est la remontée de bretelles ! si vous voyez des fils qui pendouillent attachés aux lampadaires par des ficelles avec leurs équerres en ferraille qui battent au vent, ne cherchez pas c’est France Telecom. Nous ne sommes pas surpris, c’est chaque fois pareil. Négligence incompétence, mauvaise volonté je ne sais mais c’est inadmissible. C’est par ailleurs général. Tous les maires de Côte d’Or et d’ailleurs vous le diront. Monsieur le Préfet, j’insiste un peu mais on va devoir faire des trous (une tranchée peut être) dans un trottoir tout neuf car ils ont manqué leurs études.

Voilà pour les bretelles, c’est fait ! Revenons à la réussite de cette opération que embellit la Ville de Talant, assure à l’agglomération une partie de la pérennité de l’entrée Nord-Ouest sur Dijon – comme chacun sait la plus belle et la mieux conservée du Pays Dijonnais.

Gilbert Menut

Voir les commentaires

La chance des habitants d'Hauteville-Lès-Dijon

Publié le par Talant Avenir

J'étais à Hauteville vendredi dernier pour l'inauguration de la mairie te de la médiathèque. Représentant le Président Sauvadet, j'ai souligné la triple chance des habitant d'Hauteville-Lès-Dijon.
1- ils bénéficient d'un service de très grande qualité
2- leur municipalité a obtenu les meilleures conditions de financement possible y compris auprès du Conseil Général (aide à la construction et l'aménagement des mairies, aide pour les médiathèques, participation à l'achat des livres)

3- ils bénéficient du meilleur calendrier face à la dureté des temps et aux incertitudes au regard des aides de l'Etat en particulier.

Félicitations au Maire et à tout le Conseil municipal !

Gilbert Menut

Voir les commentaires

L’éducation, quelle priorité ?

Publié le par Talant Avenir

On allait, à Talant comme ailleurs, voir ce qu’on allait voir : le gouvernement, relayé par une majorité agissante, allait donner la priorité des priorités à l’éducation. Fort bien ! L’Etat n’a pas tort de s’occuper un peu de ses domaines propres.

Or, qu’a-t-on vu ? Une réforme des rythmes scolaires menée comme une charge de panzers… Au-delà de la méthode, on verra bien dans les semaines à venir comment elle sera digérée sur le terrain. Car, sur le terrain, dans les écoles, en attendant de voir comment l’Etat impose des garderies périscolaires, c’est la commune et la commune toute seule qui finance l’éducation. A la rentrée, toutes les écoles seront dotées de TBI (Tableau Blanc Interactif) outil de pédagogie moderne qui permet aux enfants de « construire leur savoir » en interagissant avec les leçons et les exercices.

Talant n’était pas obligée d’investir dans ces matériels. Il nous a tout de même semblé que cette dépense, refusée par la gauche qui rejette notre budget, était légitime : assurer aux enfants l’accès aux technologies, leur permettre d’entrer dans le monde du numérique et donc dans une dimension supplémentaire du savoir. Nous laisserons trancher aux intellectuels du Ministère entre ce qui constitue le savoir, l’éducation, les compétences, l’instruction etc.

Ces notions sont vaines pour une municipalité : son objectif est plus terre à terre : comment améliorer le sort des enfants qui viennent à l’école communale ? Nous avons quelques réponses fondées sur pas mal d’expérience.

Fabian Ruinet

Voir les commentaires

Gros malin !

Publié le par Talant Avenir

Tony Blair avait été ouvertement critiqué pour sa gestion de la guerre en Irak : le toutou de Bush, disait-on... Hollande vient de faire encore plus fort ! Alors que personne ne lui demandait rien, le voilà parti en guerre contre la Syrie, ce qu'il ne peut faire seul quand les autres ne veulent pas y aller... et se retrouve pendu à la décision du Congrès américain. Génial ! Regardez plutôt l'Allemagne de Merkel : bien avec les Américains, au mieux avec les Russes.

Gilbert Menut

Voir les commentaires