Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Et Peillon fit le monde en 4 jours et demi...

Publié le par Talant Avenir

Curieux M. Peillon qui appelle à la sanctuarisation des écoles !... Retour au moyen-âge où les soldats du roi s'arrêtaient sur le parvis des cathédrales : "asiles ! asile !"

De la part d'un tel laïcard, quelle drôle d'idée ! Sait-il seulement ce qu'est un sanctuaire ? Mais encore, un pédagogue tel que lui, pour qui les enfants doivent être arrachés aux familles, néfastes par nature, quelle drôle d'idée que de les boucler dans une école où personne ne va !

Pour ce républicain pointilleux, réclamer que l'ordre intérieur (ou le désordre) de l'école échappe à l'oeil, à la présence des représentants de l'ordre républicain !? Etonnant !

En fait, pas si étonnant que ça : pour Peillon, être républicain, c'est penser comme lui, et plus encore, obéir, sans discuter les fulgurances de son esprit fertile ; mais malheureusement pour lui, tout le monde s'en fout ! En tête, les élus locaux qui se sont gentiment assis sur son décret relatif aux rythmes scolaires, sur les contenus, les délais, bref sur toute la peillonesque pensée.

Mon Dieu, que c'est triste !

Oh pardon ! Peut-on encore le dire comme ça ?

Gilbert Menut

Et Peillon fit le monde en 4 jours et demi...

Voir les commentaires

Réforme des rythmes scolaires : le "18 octobre" est tombé !

Publié le par Talant Avenir

Voici encore deux semaines et si l'on en croyait l'Education Nationale, il fallait impérativement que communes et intercommunalités se soient prononcées pour le 18 octobre sur une organisation hebdomadaire du périscolaire pour appliquer la réforme en septembre 2014.

J'avais invité mes collègues de Côte-d'Or à ne pas céder à cette pression et à garder la maîtrise de leur calendrier.

Un courrier adressé hier par l'Académie de Dijon précise finalement que "le retour de ce document initialement prévu pour le 18 octobre pourra être repoussé si la concertation nécessaire localement est à poursuivre". (voir PJ)

Je me réjouis donc que la sereine résolution des élus locaux fasse chanceler l'obstination ministérielle.

Après la perte de tout contenu, la deuxième barrière est tombée : l'administration recule. Les PEdT ne sont plus indispensables. Dans l'Oise, une commune est revenue de la réforme, repassant à la semaine de 4 jours face à l'impossibilité pratique de poursuivre l'expérience entamée en septembre. Les parents se regroupent, des collectifs se créent, des élus se dressent, des pétitions fleurissent, des manifestations se préparent. La réalité du terrain contredit les théories de bureau.

En Côte-d'Or, le courrier de l'Inspectrice d'académie admet que son administration va trop vite. Sur tous les aspects, les faiblesses de la réforme apparaissent, et le reflux constaté ces dernières semaines dans les ambitions ministérielles n'est pas loin de tourner à la débâcle générale, conséquence d'une opération aventureuse menée à la va-vite.

Produisant les effets inverses à ceux espérés, sacrifiant ses objectifs premiers, cette réforme doit être suspendue et repensée.

Invité à m'exprimer après demain en direct sur France 3 (émission La Voix est Libre, animée par Lilian Melet – samedi 12 octobre de 11h30 à 12h20) je poserai la question des coûts et demanderai qu'ils soient assumés par ceux qui les imposent ; je dirai la fatigue des enfants à qui on inflige des journées plus longues qu'auparavant ; je ferai valoir l'impossibilité pour les petites communes de créer des centres de loisirs partout.

Gilbert MENUT

Voir les commentaires

Rénovation Urbaine : Inauguration de la Médiane

Publié le par Talant Avenir

Monsieur le Directeur représentant M. le Préfet,

Monsieur le Député,

Mesdames et Messieurs les élus,

Mesdames et Messieurs les habitants,

Je vous adresserai tout d’abord les excuses de M. François Patriat Sénateur, Président du Conseil Régional qui n’a pu être présent mais est représenté, et de M. François Sauvadet, Député, Président du Conseil Général qui m’a chargé lui aussi de le représenter.

Vous allez donc Mesdames et Messieurs y gagner en discours.

Pour moi, ce sera simple : je l’ai déjà dit et le répète un grand merci à tous mais vraiment tous ; à droite, à gauche à tous ceux qui ont fait ou ceci ou cela pour que ça réussisse.

« ou ceci ou cela », il y en a tout de même pour 33 millions d’euro.

Rassurez-vous pour vos impôts : sur les 33 millions, Talant n’en paie que 9 ; le tout est budgété et déjà en grande partie payé. Par ailleurs tous les engagements pris par les partenaires ont été tenus. Cela va donc se terminer tranquillement sans mauvaise surprise ni à court terme ni à long terme car, la dette de Talant est saine sans emprunts risqués ni emprunts in fine !

C’est bien de le dire en ces temps difficiles et inquiets !

Merci à l’état et à son agence l’ANRU grâce à qui les choses ont pu être réalisées. Structure dédiée qui a bien rempli sa mission, l’ANRU arrive en fin de parcours. Il n’y aura pas d’ANRU II et l’on voit poindre le retour des structures qui font tout et qui pour Talant avaient expliqué qu’il n’y avait pas lieu de faire quoi que ce soit. Bref ! Merci à l’ANRU, à l’Etat et à ses représentants.

Merci au Grand Dijon et à son Président François Rebsamen grâce à qui, selon la formule, rien n’aurait été possible… et en plus c’est vrai. S’il n’avait pas tenu ouverte la porte d’accès à la convention d’agglomération nous permettant d’être le Petit Poucet de l’opération nous serions restés dehors. Rien ne l’obligeait à cette ouverture pour Talant. Merci donc au Grand Dijon et à son Président. J’insiste car il était peut-être même un peu seul sur le créneau !

Merci au Conseil Général et au Conseil Régional qui ont inclus le Belvédère dans leurs programmes pour l’habitat nous faisant bénéficier d’engagements de politique active soit sur le bâti soit sur les espaces publics.

Merci aux offices HLM en premier lieu ORVITIS et là je salue Bernard Depierre alors Président d’OPH 21 qui n’a pas hésité à s’engager dans cette affaire, ORVITIS qui a démoli et reconstruit ce qui permet une nouvelle géographie du quartier et la diversification des occupations sur l’Avenue du Mail. Les travaux ne sont pas finis, c’est pour bientôt dans les délais. Merci au SCIC HABITAT pour les résidentialisations et à Dijon Habitat pour les réhabilitations en cours. Les engagements pris sont tenues et dans le contexte financier du pays, c’est à saluer.

La CAF, la CDC, la Foncière Logement et au-delà les entreprises, les habitants intéressés et patients.

Merci aux élus municipaux qui ont soutenu la démarche et aux services de la Ville : technique, culturel, social etc tous à des degrés divers à un moment ou un autre ont été concernés.

Vraiment l’opération dans son détail comme dans son ensemble mérite d’être saluée.

N’oublions pas les coups de chance par nature hors prévision. La fermeture du garage Nollot qui a permis à la ville d’acheter le terrain et de faire le Jardin des Oiseaux, la Paroisse profitant de la circonstance pour améliorer la façade Nord de l’Eglise et aussi la restructuration des services du Conseil Général qui vont déménager sur l’îlot Lumière en faisant un pôle social renforcé : la première fois que Talant ne sera pas pour les services extérieurs l’annexe d’ailleurs ! et par contre coup permettra le renforcement de la présence médicale de proximité avec l’installation d’un cabinet multifonction dans les locaux actuels.. et puis ce n’est pas fini mais ce n’est plus l’ANRU, donc on en parlera une autre fois !

Enfin il y a la GUP et les diagnostics en marchant, il y a eu l’Appart et les jeunes d’Unicités. Il y a tout ce qui est animation. Je vois que la population s’y intéresse. Ce sera la partie prochaine.

On a donc à se revoir pour le bien de la ville, du quartier, des familles, des enfants, de chacun d’entre nous pour développer à travers les saisons qui sont comme elles sont, un heureux vivre ensemble !

Merci à tous

Gilbert Menut

Rénovation Urbaine : Inauguration de la Médiane

Voir les commentaires

Grand Dej' 2013

Publié le par Talant Avenir

GRAND DEJ’ 2013

22 septembre

Messieurs les Présidents,

Vous avez devant vous un copieur, un roi de la pompe et qui assume. D’ailleurs quel plus bel hommage que d’être copié ? En effet la haut sur ma colline, on reproduit à notre simple échelle à travers Talant Loisirs ce que vous avez lancé ici depuis de nombreuses années avec un succès jamais démenti.

Cependant ce n’est pas le maire de Talant qui vous rend visite mais le vice-président du Conseil Général de la Côte-d’Or pour représenter François Sauvadet. Je m’en acquitte bien volontiers.

Cette journée du Grand dèj marque certes la richesse de l’animation disponible pour les dijonnais et aussi le voisinage mais surtout la vivacité et la variété, je dirais l’ubiquité du mouvement associatif.

Dans un pays toujours et de plus en plus administré, quand des agences nationales comme l’ACSE sont perdues dans des commissariats, que l’on passe ainsi d’un président élu à de hauts fonctionnaires nommés, les associations sont le lieu, le lieu privilégié de la liberté populaire de faire ce que l’on veut.

De se regrouper à quelques-uns ou un cortège imposant pour une action, une idée choisie librement. L’association est la structure principale des libertés collectives, remède à la loi et aussi contre l’anarchie !

Ainsi mesdames et messieurs je ne dirai pas que vous êtes le sel de la terre c’est trop connoté même si ce n’est pas faux, je dirai que vous êtes le sucre de la société ; La loi de 1901, ce que je dis n’est pas une nouveauté mais il y a des choses à répéter, est l’un des plus grands services rendus à notre pays. Son auteur, le libéral Waldeck-Rousseau, a été plus que bien inspiré et a installé dans le cortège abondant des lois de ce pays à la fois un moteur d’initiative et une soupape d’expression.

Il ne s’agit pas pour autant pour les collectivités de s’en désintéresser mais notre intervention doit être je dirai respectueuse voire délicate. La diversité des sujets, des enjeux, des tailles fait qu’il ne peut pas y avoir une norme unique ; c’est pourquoi le département de la Côte d’Or a diversifié ses modes d’intervention soit globale soit très détaillée jusqu’au pointillisme du FAVA.

Ce dispositif montre bien les limites du système et pourtant au-delà des critiques de rigueur comptable prouve chaque année son utilité.

Ainsi j’en terminerai pour ne pas vous ennuyer plus longtemps en vous incitant, vous invitant vous tous bénévoles volontaires avec vos compétences, votre enthousiasme à faire vôtre la devise : « Je maintiendrai » venue de la chevalerie française reproduite sur les armes des rois de Hollande. Certes la source n’est pas républicaine mais je l’ai dit au début : ce qui est bien, il ne faut pas hésiter à le copier. Et puis au départ c’était français ! Vous maintiendrez ! Courage à tous.

Gilbert MENUT

Voir les commentaires

Transparence spectacle

Publié le par Talant Avenir

La transparence est une notion pratique : sitôt qu'on la dégaine, on renvoie tout ce qui préexistait à l'opacité. Il y a ce qui est "transparent" et tout le reste forcément magouille, secret, suspect, inavouable.

Et dans le domaine, notre député normal s'est fait une spécialité d'être "transparent". Pas lui (encore que…) mais ses actions.

Le revoici rejouant la transparence sur l'affectation des fonds de sa "réserve parlementaire", (même si le parlementaire est tout sauf réservé).

Histoire de bien marquer sa "différence", il organise et surtout fait savoir qu'il organise une réunion d'élus pour "échanger sur l'affectation" de ces sommes. Notons d'abord qu'échanger ne veut pas dire "décider" et qu'ensuite on est là dans une transparence mise en scène. Une sorte de spectacle. Avec quelque chose qui tient du mystique : "voyez comme je suis vertueux, venez constater mon parfait engagement au service de tous. Je guéris aussi sans rendez-vous et par apposition des mains."

Dans les faits, c'est pire qu'avant. Là où les élus allaient défendre leurs dossiers auprès du député, où il s'agissait de montrer l'intérêt de tel ou tel sujet, nous voilà à la cour. D'élus farouchement décidés à faire valoir leur territoire, les maires sont priés de se muer en courtisans. C'est sur la table commune qu'il faut montrer patte blanche et plaire au député publiquement. Ce qui n'enlève pourtant rien à l'arbitraire de sa décision. Ni à sa capacité de changer d'arbitraire, comme pour Talant au printemps dernier où, à la demande expresse du député, la ville a sollicité une intervention pour le financement des tableaux blancs interactifs dans les écoles. En vain ! A croire que le député a suggéré cette demande à la Ville juste pour avoir le plaisir de la lui refuser. Pour quel motif ? Parce que le maire de Talant, six mois auparavant, n'avait pas voulu venir faire courbettes et ronds de chapeau lors de la grande mise en scène de la transparence parlementaire.

Cette transparence-là est celle des aquariums. C'est joli, mais ça ne trompe personne : on est loin de la liberté du grand large et de la transparence des eaux libres.

Talant Avenir

Transparence spectacle

Voir les commentaires