Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’équation impossible

Publié le par Talant Avenir

 

C’est une équation qui n’a pas de solution. En soi, c’est énervant ; ça peut être dangereux selon les sujets. En fait ça n’existe pas, car il suffirait de bricoler les constantes pour que ça marche ;  mais ça ne se fait pas.

Dans tout ce qui touche la bien pensance et la pensée unique, ça ne se fait pas.

Par exemple, il faut penser : "les OGM, c’est dangereux. La cantine scolaire provoque l’obésité. Le bio, c’est bon. L’euro provoque l’augmentation du coût de la vie. La Grèce est victime du système. Les nations européennes sont décadentes " etc.

 

Dans la vraie vie, les OGM, on en mange tous, on n'en sait rien et on s’y est tellement mal pris qu’on ne peut même plus le savoir ni même jouer le moindre rôle sur le sujet : grâce à Bové, Monsanto a gagné !

La cantine scolaire dans le pire des cas représente 40% de l’alimentation d’un enfant par journée scolaire, soit 23% par semaines scolaires et en moyenne 17% de l’alimentation annuelle de l’enfant. Ce qui est vrai, c’est que dans les cas de pauvreté ou de négligence familiale, le repas de cantine est le seul vrai repas que prendra l’enfant !

Le bio est paré de tous les mérites sans que rien n’ait été prouvé si ce n’est les méthodes de culture le mettent partiellement à l’abri des produits chimiques classiques mais exposent à d’autres risques plus naturels mais tout aussi dangereux comme les ballotins de graines germées d’outre-rhin en ont administré la triste preuve.

 

L’euro est le bouc émissaire parfait : immigré monétaire qui a supplanté notre franc national, dont on n’a jamais pris soin… Car, qui ne se souvient de l’augmentation du coût de la vie dans les années 1980-1990 et des taux d’inflation galopante que seule la discipline européenne nous a contraint à maitriser ? Car enfin, du franc on n’a jamais pris soin (sauf quelques années avec le franc-lourd du temps du Général de Gaulle : ça remonte loin et ça n’a pas duré). Les seuls qui peuvent regretter leur monnaie ce sont les Allemands : le deutschemark n’avait besoin de personne.

La Grèce est un pays mal gouverné depuis plus d’un demi-siècle, rongé d’arrangements, de corruption à tous les niveaux, de mensonge institutionnel : un îlot de tiers-monde au Nord de la Méditerranée mais la Grèce mérite mieux que cela, à condition que les Grecs y soient décidés.

 

L’Europe subit une crise très forte – je dis subit car elle n’en est pas la cause. La cause, c’est l’Amérique qui, c’est amusant, regroupe les banques et les méthodes financières douteuses et les organismes de notation de l’ensemble. L’Amérique, une fois encore, c’est récurrent depuis 1945, a exporté sa crise : c’est comme d’habitude surtout tombé sur le plus faible et si c’est sur nous, là c’est de notre faute ! car les nations européennes ont les moyens de faire – compétences, structures, finances mais oui, même les finances – A nous de nous en servir, en arrêtant de se faire peur de tout et du reste : 7 milliards d’hommes sur Terre (et moi et moi comme chantait Dutronc), la dette, le péril….. , la fin des utopies, le nucléaire, la pénurie d’énergie… que des peurs !

 

Passons outre, et comme au cinéma : Moteur !

Commenter cet article