Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les festivités du 14 juillet 2010

Publié le par Talant Avenir

feu d'artifice

 

« « «  oh ! la belle bleue !

Ça file, ça siffle, ça éclate et ça retombe joliment… Le feu d’artifice du 13 juillet est, à Talant, toujours un succès ! Un bon gros millier de Talantais se sont donné rendez-vous mardi dernier sur le stade Pascal Gien. Bien du monde donc, mais dans la foule quelques absents remarquables : les élus d’opposition du conseil municipal n’était pas présents… Bah ! Le peuple rassemblé pour célébrer la Nation, c’est d’un vulgaire ma chère ! On comprend mieux pourquoi le mot « populaire » fait si peur à la gauche ! La Majorité, elle, était très largement présente. Elle n’a pas eu besoin de se mêler à la foule : elle en fait partie ! » » » 

 

14juillet10

Le 14 juillet, le  rassemblement a eu  lieu près du Monument au Morts, avec l’allocution du Maire de Talant Gilbert Menut, et des dépôts de gerbes.


Allocution  de Gilbert Menut


Mesdames et Messieurs les Présidents,
Mesdames et Messieurs les Elus,
Mesdames et Messieurs,
Chers Enfants, Chers Amis,
Curieux pays que la France où tout à la fois le 14 juillet est la grande fête annuelle de toute la Nation, la fête des fêtes, et où l’on se sent obliger d’engager un débat sur l’identité nationale, où le débat sur l’identité nationale n’évoque pratiquement jamais la Nation, pour l’essentiel une invention française mais tourne autour des principes de la République, où la République est dite française dans une conception idéale et absolue tout en prétendant aux valeurs les plus universelles, où les valeurs universelles, s’il en existe, sont jalousement considérées comme des productions de l’intelligence locale ce qui nous fait déclarer sans l’ombre d’un doute ou sans une seconde d’hésitation que la France est le pays des droits de l’Homme.
C’est ainsi que les Français n’ont pas retenu le propos promptement discrédité par les médias, tenu par Madame THATCHER, venant à Paris représenter le Royaume Britannique aux cérémonies du bicentenaire de la Révolution française : « Je viens de l’autre pays des droits de l’Homme » et elle avait raison. Les Hollandais, terre d’exil des Français pourchassés chez eux y compris sous la 3ème République, pourraient en dire autant et puis bien d’autres peuples. Curieux pays que la France ou curieux peuple que les Français ? En effet, notre pensée est éparpillée entre trois notions bien différentes, la France, le Peuple Français, la République. La France, c’est la Nation à moins que ce ne soit aux sources lointaines de notre histoire le Royaume. La Révolution a changé le statut du roi : de roi de France à roi des Français et cette nuance de langage existe toujours, la Reine de Hollande et le Roi des Belges. La légitimité n’est pas la même. Le peuple français est la légitimité nouvelle : « Au nom du peuple français, le tribunal mande et ordonne… » selon la formule consacrée de la justice. Enfin, la République défendue, combattue, remplacée, transformée selon les périodes –d’aucuns n’envisagent-ils pas une 6ème République ? »–  Elle est l’objet des passions politiques et bien souvent le champ clos, toutefois nécessaire, d’expression des querelles et des ambitions. Elle est aussi, prenons soin d’elle, le cadre non dépassé de notre quotidien. Chacun de nous, chaque citoyen, a besoin je crois de mettre de l’ordre dans toutes ces notions et dans ses propres idées.
La France, longtemps conquérante, souvent envahie, née de la décrépitude de l’empire de Charlemagne « Mère des arts, des armes et des lois » selon le poète, elle est pour chacun de nous la mère patrie bien curieux terme. Elle mérite certainement un peu plus de notre part que cette phrase lapidaire de Ted Stanger, un américain écrivain sympathisant de notre pays : « Je râle, donc je vis ».
La fête nationale du 14 juillet peut nous y aider et simplement ici au moment de ranimer le souvenir en déposant quelques fleurs, de même que le Président de la République  ranime la flamme sous l’Arc de Triomphe, relisons l’épitaphe de ce monument : tous ceux dont le nom est ici sont morts pour la France.
En chantant la Marseillaise ou le chant des Partisans, nous saurons, nous sentirons ce qu’est notre pays, à notre beau pays : vive la France !

Commenter cet article