Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

QUI SUIS - JE ?

Publié le par talant avenir

.

 

Qui suis-je ?

 

Je pense, donc je suis.

Admettons, mais ça ne me renseigne pas et, cher lecteur, vous non plus…Le sujet reste heureusement restreint : il ne s’agit que de moi et encore sous le seul aspect de l’activité publique. En effet me voyant clair et reçu 5 sur 5, plus modestement 55 à 45 aux élections cantonales, je découvre être un grand méconnu. Exemple : trop à gauche pour certains à droite, sournoisement droitier et réactionnaire pour beaucoup à gauche. 

 

Aussi, je vous propose quelques repères d’analyse et de compréhension. A la veille des vacances, on peut se permettre d’épancher son cœur : c’est l’époque des feuilletons et des tubes de l’été.

 

Oui, je suis à droite, de la droite modérée de centre droit, de cette ancienne racine des Républicains Indépendants. Un peu réac sûrement quelques fois, mais en tous cas loin, aussi loin que possible, des extrêmes qui apportent beaucoup de querelles dans le débat mais jamais de solution efficace (voyez ce qu’ils ont fait des quelques responsabilités qu’ils ont eues de Dreux à Toulon). Ça vaut à droite, ça vaut à gauche ; donc droite modérée, loin des extrêmes.

 

Oui, je parle à la gauche. Par exemple les idées écologiques, classées systématiquement à gauche (on se demande pourquoi) quand elles ne sont pas excessives et conduisent à des solutions pratiques me conviennent très bien ; mais les gens de gauche aussi peuvent être très bien, même sur les questions d'ordre public dans les quartiers difficiles (pas tous cependant). Je fréquente des élus de gauche quand j’ai besoin d’eux, qu’ils ont besoin de moi par recherche d’efficacité et à ceux de droite qui ayant perdu Dijon me font la morale, je dis : il ne fallait pas la perdre !

De ce point de vue la politique a quelque chose d’enfantin : tu perds tes billes, tu ne joues plus aux billes.

 

Oui, je pense que la droite à des cartes à jouer en Côte-d’Or même si après le coup à 3 ou 4 bandes des Sénatoriales qui nous fit perdre deux sièges dans une campagne de contrebande, il a fallu force et abnégation pour ne pas sombrer et finalement surnager (chapeau à Louis de Broissia -1).

 

Oui, les cantonales de mars dernier ont été pour nous tous une sorte de thérapie -2. On était déclaré vaincu, on est gagnant (j’éviterai "vainqueur"-2). François Sauvadet a mené cela avec efficacité, mieux : avec efficience. Il est aujourd’hui le chef de file du courant majoritaire en Côte-d’Or : bien plus meneur que serre file ! ce que certains, à droite comme à gauche, n’ont pas vraiment mesuré, et ce que tous les conseillers généraux ont expérimenté. Un patron…

 

Oui, je suis pour les réformes, même celles qui fâchent : ainsi de la réforme des collectivités locales à condition d’être menée avec doigté (et je soupçonne tel fonctionnaire d’avoir un peu miné le débat en Côte-d’Or). La carte évoluera, les modes électoraux aussi car on ne peut indéfiniment se plaindre de ce que l’on a, constater que c’est dépassé et refuser toujours de sauter l’obstacle.

 

Non, (il faut bien quelques non), localement, le centre de décision, le pôle central de la vie dijonnaise n’est plus la Tour de Bar. La Mairie de Dijon n’est plus que le relais principal du Grand Dijon. Même patron mais autre envergure, autre stratégie que la loi favorise. Il va falloir à droite et à gauche, au dehors et en dedans, s’y faire, plus encore s'y adapter.

 

Non, en France, le changement n’est ni impossible, ni achevé. Reculer l’âge de la retraite de 2 ans, en voilà la preuve. Mitterrand, Jospin, Chirac nous avaient dit que c’était impossible, mais c’est fait. Sera-ce suffisant ?

 

Non, la relance par la consommation n’est pas le remède miracle. Dans la crise qui nous poursuit encore, voyez où en est par exemple l’Espagne -3, et quelques autres et voyez où en est la France : « c’est pas gagné » mais c’est nettement  mieux.

 

 

Oui, l’euro est une bonne chose. Dans la crise qui etc, voyez ce qu’est devenue la vénérable Livre Sterling et l’économie anglaise plus généralement. Où en serions-nous avec le franc ? L’euro, c’est comme un corset : ça serre mais ça tient droit !

 

Non, l’Europe intégrée, la « Nation -4  Europe »ce n’est pas pour demain, ni même pour bientôt. Est-ce encore un but ?

Il va falloir trouver d’autres formules, d’autres solutions, mais dans le monde multipolaire qui se profile, les idées ne vont pas manquer car la nécessité secoue l’imagination.

 

Oui, les échéances à venir seront importantes, difficiles et tout et tout. Espérons que ce ne sera pas qu’une vaste visite guidée des fonds de poubelles de la société française.

 

Oui à ce jour et malgré les critiques, les vents contraires, les petits abandons, les crises de nerfs de députés, les grognes de militants, les ceci et les cela, le Président sortant est le meilleur candidat pour que nos idées triomphent mais surtout que le pays change, change encore car c’est nécessaire.

 

Non… mais je m’arrête et vous souhaite de bonnes vacances !

Revenez avec une mine bronzée et un moral d’acier.

 

Ah ! J’oubliais : pas de vacances, sans lecture ; je vous recommande :

Le fabuleux destin d’une puissance intermédiaire

de Jean-Hervé Lorenzi (édition Grasset)

 

C’est bon pour le moral, c’est bon bon etc...

 

 

 

 

- 1 Henri de Raincourt avec qui j’évoquais les trois dernières années a    commenté : « Il a montré qu’il était un grand monsieur. »

- 2 Qu’est ce que ça veut dire exactement ? mais c’est comme ça que l’on    s’exprime aujourd’hui…

- 3  Gouvernement socialiste de Monsieur Zapatero (au demeurant plutôt  sympathique)

 - 4 Je n’ose dire "la patrie"

 

 

Commenter cet article