Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une classe de plus pour Talant

Publié le par Talant Avenir

L'Inspection Académique a réuni ses services ce matin à Dijon pour statuer notamment sur d'éventuelles ouvertures ou fermetures de classes à Talant.

A L'école Maternelle Langevin, les effectifs annoncés pour 2013-2014, très légèrement supérieurs à ceux de cette année, garantissent le maintien du nombre de classes. Il n'y aura pas de fermeture.

A l'école élémentaire Marie Curie, les effectifs ont augmenté au point qu'une classe supplémentaire sera ouverte.

Talant gagne donc une classe par rapport à l'année qui s'achève.

Je me réjouis que le rapprochement des points de vue, dans l'apaisement et la concorde, ait abouti. Je souhaite que cet état d'esprit demeure, que l'année scolaire se termine dans le calme, et que cessent les rumeurs qui ont ces derniers temps été source d'inquiétudes et de fébrilité.

Je veux ici saluer le travail de M. Bruno Manzoni qui a rencontré les parents et les enseignants, travaillé de concert avec les services municipaux de Talant et pris les décisions sages qui s'imposaient.

L'année scolaire prochaine sera particulière : elle devra, dans des circonstances difficiles pour toutes les communes, préparer le passage aux nouveaux rythmes scolaires pour l'année d'après. Nous aurons besoin d'un climat serein et de pouvoir compter sur les mêmes soutiens que ces derniers jours dans la recherche d'un consensus qui permette d'amortir les difficultés d'organisation qui se font déjà jour dans les communes entrant dès 2013 dans le nouveau dispositif.

Sur ce dossier comme sur celui des effectifs scolaires et des moyens, je serai très vigilant.

Gilbert Menut

Maire de Talant

Vice-président du Conseil Général de la Côte-d'Or

Vice-président du Grand Dijon

Une classe de plus pour Talant

Commenter cet article

Maria 25/06/2013 21:49

Les rythmes scolaires verront-ils le jour ??? Les syndicats sont vent-debout contre ce projet !
Rythmes scolaires : SUD éducation dépose un recours en référé suspension
En ne respectant pas l’obligation de consulter le Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) ministériel avant de publier, le 26 janvier dernier, son décret n°2013-77 « relatif à l’organisation du temps scolaire dans les écoles maternelles et élémentaires », le ministère a commis une erreur de droit symptomatique de sa précipitation à vouloir imposer sa prétendue refondation.

Il est inacceptable de se dispenser de la consultation réglementaire d’une institution représentative du personnel, qui plus est celle du CHSCT dédiée aux conditions de travail (organisation, rythme, tâches).

Après les avis négatifs du Conseil supérieur de l’éducation et du Comité technique ministériel, l’opposition de la majorité des personnels, leurs grèves et mobilisations en février/mars dernier et le refus par la plupart des mairies d’appliquer cette réforme à la rentrée prochaine, la non-consultation du CHSCT ministériel démontre une fois de plus l’illégitimité de ce décret.

Ce décret sur les rythmes scolaires va dégrader les conditions d’apprentissage des élèves et les conditions de travail des personnels sans apporter d’amélioration sensible pour les élèves, bien au contraire.

Il symbolise une politique qui, tout en refusant de créer les conditions d’une véritable refondation, prône une territorialisation accrue du service public d’éducation de la maternelle à l’université. Cette territorialisation est synonyme d’inégalités, et elle est porteuse de remise en cause des statuts.


Dès la première semaine de rentrée des mobilisations et des grèves sont prévues. La lutte continue, et notre action juridique veut y contribuer. Le recours est déposé en référé-suspension afin que le Conseil d’État l’examine avant la rentrée scolaire de septembre 2013.